Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux ou trois choses ...

La semaine en classe with me :

Archives

Boutique


(Cliquez sur l'image pour accéder à la boutique)

Luki'sshopnew

(Pour voir les motifs en GRAND, cliquez ICI)
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 07:39
Saurez vous reconnaître ce pauvre hère, qui déambule dans les couloirs sous le poids des "référentiels rebondissants"(*) ?
Luki bancher interlude lud


Have fun guessing and stay tuned for more comics very soon :^)





(*)ballons (dans l'Education Nationale, on ne plaisante pas avec le jargon).



Partager cet article

Repost 0
Published by Luki Bancher
commenter cet article

commentaires

El Roche 23/10/2010 13:27



bon j'avoue je suis en retard mais je
pense que c'est un prof de seduction il emene des pasteque pour les mettre dans les t shirt des filles pour montrer l'effet sur le pantalon des garcon a moins que se soit un prof d'SVT et c'est
pour la meme raison ^^



Luki Bancher 24/10/2010 11:35



Tu regardes trop la télé, gamin.



lejournaldechat 18/04/2010 01:07



Et oui on peut changer en copiant collant son texte à partir de Word. On en apprend tout les jours monsieur le professeur!



Luki Bancher 18/04/2010 10:33



Tout simplement ? Eh bien, je me coucherai moins bête ce soir.



Lejournaldechat 17/04/2010 17:49



Hello, comme l'image m'a inspirée je te fais partagé la suite de mon poème :


L'homme qui
traînait ses fardeaux


 C'est un homme qui traîne le fardeau de ses pensées.


Rude a été pour lui la vie.


Et le voici ainsi à ses épreuves
enchaîné.


La tristesse est tracée sur son visage
noirci.


 Trainant sur le sol ses pas lourds,


Il semble qu'il porte toutes les planètes de
l'Univers. 


Sa face qui fait grise mine, a fait de la
mélancolie son atour.


Voguant sur les mers silencieuses, son cœur est
ainsi resté ancré en terre...


 Le navire a laissé au loin ses sillons,


Et les pas de l'homme ont laissé visibles les traces de
son passé,


Que son attache empêche de gagner
l'horizon.


Pourtant cette lumière au loin l'appelle pour
s'évader.


 Il tend la main, puis la baisse désespéré.


Quand tout à coup un oiseau au sol
blessé,


Le regard plein d'espoir mais apeuré,


Finit par guérir et s'envoler.


 L'homme compris que les douleurs,


Malgré ses peurs et ses différentes
couleurs,


Finissent par s'estomper du cœur,


Le temps peut être notre allié, si l'homme sait bien
l'utiliser...


 


 


 


 



Luki Bancher 17/04/2010 19:44



Ouah, je ne savais pas que tu pouvais changer la police.



Chahira 09/04/2010 13:49



Sorry it was a bug of "merci"! I was writing from my mobile, so it was not so easy!



Luki Bancher 09/04/2010 13:50



No problemo ;)



Chahira 08/04/2010 17:16



merci



Luki Bancher 08/04/2010 18:47



Euh, de rien.