Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Deux ou trois choses ...

La semaine en classe with me :

Archives

Boutique


(Cliquez sur l'image pour accéder à la boutique)

Luki'sshopnew

(Pour voir les motifs en GRAND, cliquez ICI)
/ / /

(cette interview réalisée en mars 2010 par Nicopoi  pour over-blog était disponible sur l'ancien portail de cet hébergeur)

 

Luki, peux-tu présenter ton blog ? (la réponse "oui je le peux" n'est pas admise) - 2 points

 

Yes, I can. Le concept d’« Une semaine en classe with me » est aussi simple que son nom l’indique : il s’agit d’une semaine de classe d’anglais en BD, heure après heure de cours. La vie au collège et au lycée est souvent présentée par les médias comme une prison pour les élèves et/ou un tourment sans fin pour les profs mais ce n’est pas toujours le cas, heureusement… Ainsi, j’avais envie de donner ma vision des choses et tout simplement de faire rire en partageant une routine pas si banale… En tout cas, je constate avec plaisir que le blog est très fédérateur : les lecteurs qui me laissent des messages de sympathie sont des élèves, des étudiants et des profs, bien sûr, mais aussi beaucoup de gens qui ont quitté le système scolaire.

 

Quel est ton parcours ? - 4 points

 

Ma foi, il est assez classique, pour un prof d’anglais : une fois le bac L en poche, je suis parti étudier un an aux Etats Unis avant d’enchaîner sur une fac d’anglais. Au bout d’un cursus de quatre ans agrémenté d’un mémoire sur Tolkien et de séjours en Angleterre (ERASMUS et assistanat), j’ai enchaîné sur le concours d’enseignant avant de devenir stagiaire puis titulaire de l’Education Nationale. La BD était déjà présente en filigrane à chacune de ces étapes.

 

 

Lorsque l'on arrive en Angleterre après avoir passé le collège, le lycée puis la fac à étudier l'Anglais, on se rend compte que l'on connait par coeur les verbes irréguliers mais pas un mot de la discussion de tous les jours. Est-ce bien cohérent ? - 464 points pour une réponse détaillée

 

Oulàlàà, on n’a pas dû faire la même fac d’anglais (rires). Sans rire, même s’il n’y a rien de tel que l’immersion totale pour progresser, il ne faut pas systématiquement fustiger notre système scolaire et universitaire. Celui-ci n’est certainement pas parfait mais quand je jette un coup d’œil à droite ou à gauche, je trouve que les Français ont tout de même de la chance. A mon avis, il faut surtout le protéger tant il est vrai qu’il est aujourd’hui bien menacé…

J’ajouterais que je trouve ce complexe en langues très français mais en vérité, nous ne sommes pas aussi ridicules qu'on le dit. C’est vrai qu’il est moins facile pour un « Latin » d’apprendre l’anglais que pour un  Scandinave ou un Allemand mais n’oublions pas que nos « cousins germains » ont également plus d’heures d’anglais au collège/lycée.

 

Pourquoi un blog ? Toute réponse banale entrainera un retrait de 1 point (sur 6 attribués pour cette question)

Parce que j’avais plein de choses à raconter et que je ne peux pas me passer du dessin ni de la BD. J’aurais pu dessiner trois ou quatre planches de ce projet, constituer un dossier et l’envoyer chez les éditeurs en croisant les doigts mais j’avais envie de donner une chance à cet univers d’exister, d’aller jusqu’au bout pour voir comment les lecteurs réagiraient… C'est vrai que les éditeurs hésitent parfois et moi, j’avais envie de montrer mes pages maintenant et pas dans 10 ans. Après tout, l’immédiat média d’internet est un outil idéal pour proposer ce genre de projet à un public qui a d’ailleurs rapidement répondu présent. Finalement, cette démarche paraît assez naturelle aujourd’hui : essayer d’inverser un peu la vapeur de l’ancien système et de trouver un public d'abord pour convaincre un éditeur papier ensuite.  

 

Comment s’organisent les journées de Luki Bancher ? Il doit falloir trouver un équilibre entre ton métier et la BD ?

 

Tout est question de choix. Une fois les cours et les préparations terminés, les paquets de copies rangés et les bulletins remplis, je suis parfois tenté de me laisser envahir par la douce torpeur télévisuelle… mais je me l’interdis systématiquement. De la même manière, j’ai renoncé à m’acheter une console de jeux… Ce qui me vaut d’ailleurs de me faire rosser par mes copains à PES (ndlr : jeu vidéo de football très populaire) de temps en temps…

 

Tu es passé dans le journal de France 3 (Pays de la loire) et maintenant dans l'interview Overblog. Qu'est ce qui est le plus glorieux pour toi - si c'est mon interview, t'es un vrai pote, merci.

 

En fait, le reportage de France 3 est aussi passé au national, deux jours après la diffusion régionale. Ce double passage m’a permis de toucher plus de gens qu’auparavant. J’avais peur que le soufflet retombe quelques jours plus tard mais non : ce nouveau flux de lecteurs est lui aussi resté fidèle au poste !

 

La comparaison avec ton interviou à toi ? Voyons, tu sais bien que c’est toi le meilleur (au fait, la banque a refusé ton chèque mais un virement m’ira très bien). 

 

Tu es prof d'Anglais et marrant. C'est pas un oxymore ? ^^ - 3 points, et la violence n'est pas une solution

 

(rires) Je ne pense pas. On a tous eu des profs plus au moins drôles à l’école, au collège ou au lycée… D’ailleurs, tout cela est sans doute une question de point de vue et très subjectif. De toute façon, je n’ai jamais envisagé mon métier comme un concours de popularité et mes élèves le savent bien (les vrais, pas ceux de la BD). Bien sûr, j’aime inclure une dimension humoristique dans mes cours et c’est plus agréable quand une complicité s’installe avec le groupe-classe... Ceci dit, il ne faut pas perdre de vue qu’in fine, l’objectif est toujours de faire progresser les élèves… quitte à sévir quand c’est nécessaire. Pour conclure sur ce point, il m’arrive de recevoir des messages d’élèves m’expliquant qu’ils aimeraient bien avoir un prof d’anglais aussi rigolo/cool que Luki Bancher mais je leur réponds invariablement la même chose :  il est plus facile de donner une image amusante dans une BD humoristique que dans la vraie vie… surtout quand on est prof !

 

Tes collègues et tes élèves apprécient-ils d'êtres caricaturés cruellement par ton crayon ? - π points

 

Il va m’être difficile de répondre à cette question car je ne caricature jamais mes collègues ni mes élèves dans mes planches. Mon objectif n’est évidemment pas de ridiculiser qui que ce soit et je prends bien garde d’éviter tout rapprochement de ce genre. D’ailleurs, je n’ai pas vraiment besoin de caricaturer la réalité puisque tout ce que je décris est véridique et les situations vécues (bon, disons à 90%). Souvent, les gens hors du système scolaire me demandent s’il m’est vraiment arrivé ceci ou cela mais curieusement, les profs et les élèves eux-mêmes ne me posent jamais la question (rires)… Disons que je dessine la réalité sous un angle bien personnel et les personnages inventés me permettent de ne pas m’imposer trop de tabous.

 

Comment tes élèves ont-ils réagi en te voyant à la TV ?

 

J’avoue qu’au départ, je pensais garder l’anonymat mais internet et la tv rendent ce genre de résolution difficile à tenir. Les journalistes de France 3 préféraient de toute façon un reportage à visage découvert et soyons honnêtes, un buzz pareil, ça ne se refuse pas. Mes élèves m’en ont évidemment parlé dés le lundi matin suivant mais je n’ai accepté les questions et commentaires qu’en anglais (rires)… Je leur ai expliqué que Luki Bancher était un personnage de BD et qu’il ne fallait pas tout mélanger car même si j’étais son auteur, je restais avant tout leur prof d’anglais. La conversation n’est pas allée plus loin et tout le monde fait sa vie de son côté. Ils ont bien compris et sont, je pense, plutôt fiers même s’ils ne me l’avoueront jamais (rires).

 

Et les parents d'élèves ? - tu me fais cadeau de celle là ?

 

Aucune idée ! De toute façon, je ne vois les parents que dans un cadre scolaire et professionnel alors je crois que parler BD avec eux serait, sauf exception, un peu incongru.

 

Penses-tu pouvoir dépasser un jour avec ton blog les légendaires Frantico, Boulet et Maliki ?

 

Soyons clair : c’est le rêve de tout BD-blogueur que tu décris là ! Je crois qu’il serait cependant présomptueux de prétendre rivaliser avec eux. Très honnêtement, même si « Une semaine en classe with me » marche très bien pour un blog aussi jeune, égaler leur popularité tiendrait de l’exploit… Enfin, on peut toujours rêver !

 

Pour finir, la vie d'un prof d'anglais est-elle tout à fait fascinante ? - 4 points, en ne comptant pas la TVA à 19,6%.

 

Je dirais que tout dépend de ce qu’on en fait… Il faut garder l’esprit suffisamment ouvert pour apprécier de fugaces instants magiques, même si ce n’est pas toujours évident… surtout pour les collègues exerçant en zones sensibles.

 

Merci pour tes réponses !

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by